Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Dossiers > Réglementation

Un nouveau standard international pour l’imagerie médicale

Publié le 29 octobre 2019 par Patrick RENARD
Source : b<>com

Fruit de 3 ans et demi de recherches, le standard DICOM-RTV (pour Real-Time Video) est un aboutissement important pour les équipes de l’institut de recherche technologique (IRT) b<>com et le DICOM Standards Committee, ainsi qu’une étape majeure sur le marché de l’e-santé.

A l’instar de jpeg pour la photographie, DICOM est le standard mondial de l’imagerie médicale. Ce qui signifie par exemple que, quel que soit le radiologue consulté, toutes les images produites par les appareils de radiographie (échographes, scanners, IRM…) lues sur ordinateur sont au même format. DICOM est également reconnu comme une norme par l’Association française de normalisation (AFNOR), le Comité Européen de Normalisation (CEN) et l’ISO.

Élaboré par les professionnels de santé (radiologues, chirurgiens, physiciens…) et les fournisseurs (fabricants d’appareils de radiologie, de serveurs d’images médicales…), le standard DICOM-RTV est l’extension de DICOM pour les échanges en temps réel. Il a pour principal objectif de rendre "agnostique" la vidéo utilisée dans les salles d’opérations chirurgicales - qu'il s'agisse d'actes interventionnels (traitement via des cathéters insérés dans les veines et artères) ou d’endoscopie -. Par "agnostique", il faut entendre non dépendante d’un unique constructeur. Le but est de rendre accessible des services qui sont actuellement trop onéreux pour les hôpitaux. Grâce à DICOM-RTV les équipements compatibles seront plus nombreux, offrant la possibilité de choisir entre différents fabricants d’appareils.

Qu'est-ce que b<>com ?

C'est l'un des 8 instituts de recherche technologiques (IRT) labellisés par l’État dans le cadre des Investissements d’avenir, pour supporter une stratégie industrielle de conquête sur des marchés porteurs.

La vocation de b<>com est de fournir des technologies pour les entreprises qui souhaitent accélérer leur compétitivité grâce au numérique. Il est au service de diverses industries dont celle de la santé. Les laboratoires de b<>com mixent les talents de disciplines et cultures multiples dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la vidéo et l’audio immersif, de la protection de contenus, des réseaux 5G, de l’internet des objets et des technologies cognitives.

Issus des mondes industriel et universitaire, les chercheurs et ingénieurs de b<>com évoluent sur son campus de Rennes et ses sites de Paris, Brest et Lannion.

Un progrès qui aura des conséquences positives concrètes tant pour les professionnels de santé que pour les patients. Par exemple, un chirurgien chevronné pourra revisionner une opération réalisée par un collègue junior dans le cas d’un problème grave nécessitant une ré-intervention de sa part, pour ainsi réduire les risques d’erreurs. Il s'agit d'une avancée majeure lorsqu’on sait que sur les 8 millions d’opérations annuelles effectuées en France, on recense plus de 50 000* erreurs graves évitables.

« La France est mondialement reconnue pour la qualité de ses formations et de ses travaux de recherche dans la santé. Le standard international DICOM-RTV en est une nouvelle illustration », souligne Emmanuel Cordonnier, Directeur e-Santé de b<>com. « Nous sommes très fiers que b<>com, centre de recherche français basé à Rennes, ait été moteur de ces 3 années et demie de recherches. Il s’agit d’une grande avancée pour l’e-Santé. A l’image de ce qu’est Internet pour l’informatique, DICOM-RTV va contribuer à créer un écosystème cohérent permettant à de nombreux acteurs indépendants de fournir des applications, produits et services à forte valeur ajoutée pour toute la filière ».

La standardisation, un enjeu fondamental

« Pour saisir l’importance de DICOM-RTV pour le secteur médical, il faut se rappeler de l’impact qu’a joué Internet sur le développement de l’économie. A l’origine, Internet est un standard IP, qui, par la suite, a été complété par une myriade de standards adjacents : le web. Le parallèle est pertinent pour la santé et DICOM », explique Emmanuel Cordonnier.

L’e-santé se traduit par la multiplication des appareils électroniques utilisés en salle d’opération. C’est là que la standardisation DICOM intervient. Elle permet de spécifier le format des communications entre les équipements utilisés, les dispositifs médicaux et les systèmes d’information de santé. Sans ce format d’échange commun, les systèmes ne pourraient pas communiquer entre eux. DICOM-RTV permet d’aller encore plus loin et facilite la continuité de l’information. Un point crucial pour une prise en charge de qualité pour le patient.

« Au cours de ma carrière, j’ai eu l’opportunité de participer à l’élaboration de 5 standards internationaux**, DICOM-RTV est le 6ème. Je constate aujourd’hui que les premiers d’entre eux font désormais partie du quotidien des professionnels de santé. DICOMweb, par exemple, permet facilement d’accéder aux images à partir des dossiers patients et, demain, à partir du DMP (Dossier Médical Partagé) », conclut Emmanuel Cordonnier.

Avec ce nouveau standard, b<>com démontre la cohérence de sa politique de développement fondée sur la convergence entre les équipes et les recherches. En effet, l’expertise de l’IRT en matière de standardisation vidéo découle notamment de ses actions au sein de Video Services Forum (VSF).


* Le Lien, association de défense des patients victimes d’accidents médicaux, en 2015, à partir des données de l’Organisation mondiale de la santé.

** DICOM MIME Type (qui définit l’extension .dcm), WADO (prémice à DICOMweb), DICOM MPEG (échanges d’examens vidéo), DICOM-RTV (vidéo temps-réel), IHE XDS (utilisé par le DMP) et IHE XDR (pour les objets connectés de santé).


b-com.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :

A lire aussi