Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Actualités de la profession > Vie des entreprises

Le Laboratoire Gilbert choisit Stiplastics pour fabriquer son mouche-bébé

Publié le 25 mai 2015 par Patrick RENARD
Source : Stiplastics

Fabricant de DM à base de matière plastique injectée, Stiplastics met son expérience du développement B-to-C au service de produits en B-to-B. La PME fabriquera ainsi le mouche-bébé du laboratoire Gilbert sous la marque Physiodose.

Filiale du groupe Batteur, le laboratoire pharmaceutique Gilbert est spécialisé dans l'hygiène nasale, avec une position de leader en matière d'unidoses de sérum physiologique. Afin de compléter son offre, le laboratoire souhaitait proposer un mouche-bébé haut de gamme sans devoir y consacrer de lourds investissements. C'est pourquoi il a retenu Rhinophar, une solution clé-en-main développée en propre par Stiplastics.

Depuis 1985, Stiplastics conçoit et fabrique ses propres gammes de dispositifs médicaux, comme les piluliers Pilbox. Désormais aussi ouverte au B-to-B, la PME propose à ses clients des produits intégralement créés par ses équipes, de la conception jusqu'à la fabrication, en passant par l’analyse de risques, le dépôt de titres de propriété intellectuelle (brevet, dessins, modèles, ...) ou encore le prototypage.

Stiplastics a ainsi développé, de A à Z, ce mouche-bébé par aspiration et ses accessoires (embouts), en transférant le dossier technique afin que le Laboratoire Gilbert puisse le déposer en son nom et sous sa marque. Le produit a pu être mis au catalogue du laboratoire en moins de 11 mois... Un délai record dans ce domaine.

L'intérêt de l'entreprise française est de voir confier le fruit de ses développements à une entreprise disposant d'un solide réseau de distribution. Le mouche-bébé en question bénéficie ainsi de conditions de commercialisation bien plus favorables que si Stiplastics avait dû le faire elle-même.


Stiplastics, F-38160 Beauvoir-en-Royans, www.stiplastics.com

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi