Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Uncategorized

Un matériau d’emballage qui optimise la stérilisation à l’oxyde d’éthylène

Publié le 13 mars 2016 par Patrick RENARD
Source : Porex

Pour aider les fabricants de DM à fournir des produits présentant le moins de risques possible de provoquer une infection nosocomiales, Porex a développé la technologie P3. Il s'agit d'un matériau d'emballage qui permet d'améliorer les performances de stérilisation à l'oxyde d'éthylène.

La prévention des infections nosocomiales (HAI) et la protection des dispositifs médicaux stérilisés par le choix d'un conditionnement performant sont deux sujets essentiels auxquels sont confrontés les professionnels de santé.

Pour réduire les risques de provoquer une infection nosocomiale issue d'un défaut de stérilisation des DM, Porex a développé la technologie P3. Il s'agit d'un matériau d'emballage qui permet d'améliorer les performances de stérilisation à l'oxyde d'éthylène. Intégrant des membranes spécifiques en PTFE poreux, la technologie P3 optimise le débit d'air et les capacités de barrière stérile du matériau. Il en résulte un meilleur maintien de l'état stérile après le processus de stérilisation.

La technologie P3 de Porex constitue une avancée importante dans l'uniformisation du matériau par comparaison au procédé de "flash spinning" appliqué au HDPE (polyéthylène haute densité). Rappelons que le flash spinning consiste à dissoudre le polymère dans un solvant et de pulvériser la solution obtenue dans un récipient maintenu sous vide, ce qui provoque l'évaporation quasi instantanée du solvant et génère un nuage de fibres longues et très fines qui sont ensuite récupérées et consolidées pour former un voile.

En outre, cette nouvelle technique est conforme aux exigences de la norme d'emballage F2638 de l'ASTM.

Si vous prévoyez d'aller au salon Medtec Europe (12 au 14 avril 2016), vous pourrez en savoir plus sur la technologie P3, en visitant le stand de Porex (D54, hall 3).


www.porex.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi