Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Dossiers > Sous-traitance & Services

Solutions de haute technicité pour les dispositifs médicaux

Publié le 21 octobre 2013 par Evelyne Gisselbrecht
Source : (Source : Devicemed / JF Pillonel)

COMPAMED, la plateforme numéro 1 au niveau international du marché des sous-traitants de la production technique médicale se tiendra à Düsseldorf, du 20 au 22 novembre 2013. En coopération avec MEDICA, le plus grand salon médical du monde qui se tiendra simultanément sur le même lieu, l’ensemble de la chaîne de création de valeurs de la technique médicale sera donc présente, du simple composant technique, en passant par les procédés de mesure et de contrôle qualité, jusqu’au produit fini emballé.

Cette combinaison de thèmes et de salons est unique au monde et se révèle un facteur décisif du succès des deux manifestations. C’est ainsi que COMPAMED, dont la première édition s’est tenue en 1992 avec 52 exposants, a pu successivement, ces dernières années, asseoir son fort positionnement international. Le très bon déroulement des inscriptions pour COMPAMED 2013 laisse augurer d’un nombre d’exposants dépassant les 600, de plus de 40 nations sur pratiquement 12000 m² de surface réservée dans les halls 8a et 8b, un nouveau record dans l’histoire du salon.

Un lieu d'échange incontournable

Les exposants viennent volontiers à COMPAMED parce qu’ils y trouvent les véritables « professionnels ». En face se trouvent les 4500 exposants de MEDICA, donc les potentiels clients des sous-traitants. Avec son profil spécifique, COMPAMED s’adresse donc prioritairement aux acheteurs techniques, aux spécialistes des secteurs recherche et développement, ainsi qu’à ceux de l’emballage, aux directeurs de production, constructeurs ou encore aux ingénieurs méthodes. En ce qui concerne son positionnement international, une importance particulière réside dans les quelque 16000 visiteurs de COMPAMED, dont 60 % viennent de l’étranger.

C’est pratiquement une obligation de se tenir continuellement informé pour tout participant au développement d’un produit dans le secteur des dispositifs médicaux. Car le cycle d’innovation est nettement plus court que dans d’autres branches. Les fabricants allemands réalisent au moins un tiers de leur chiffre d’affaires avec des produits de moins de trois ans de présence sur le marché. Il ne s’agit en fait pas toujours de produits entièrement nouveaux, mais plutôt d’appareils ou de systèmes sans cesse améliorés ou de services optimisés, dans le sens de plus d’efficacité et d’efficience par exemple pour les procédures de diagnostic ou de soins. On peut citer en exemple à ce propos la fusion d’images de différentes sources d’émission (par exemple MRT et ultrasons) dans un seul appareil ou encore la simplification et l’uniformisation de structures de menus et de masques d’utilisateurs des parcs d’appareils, dans les cliniques ou les cabinets de praticiens.

Pour ce qui est de la tendance en matière d’offre, c’est la miniaturisation qui est toujours d’actualité, tant pour l’industrie de la technique médicale que pour les sous-traitants. Particulièrement lorsqu’il s’agit d’appareils mobiles, les composants ne sont jamais trop petits ou trop légers. Ainsi le salon présentera des modules de caméras aux mesures si compactes qu’il est question de quelques millimètres. Il s’y trouve des têtes de caméras stéréo pour l’endoscopie en 3D, car celles-ci gagnent de plus en plus d’importance dans les opérations micro-invasives.

La miniaturisation croissante de pièces de mécaniques pose des défis de haut niveau au contrôle qualité, c’est pourquoi ce thème trouve un écho très élevé à Düsseldorf. Les exposants y montreront qu’à travers leurs solutions de contrôle qualité, par exemple au travers des procédés de mesures optiques et tactiles multi sensoriels, des différences infimes de l’ordre du micron ou du nano se laissent mesurer de manière sûre. Lors du précédent salon, on a même présenté des machines « à détruire ». Une telle machine, qu’il s’agisse d’implants, de stents, d’emballages ou de tubes cathéters, permet aux fabricants de technique médicale ou aux entreprises de développement un vaste examen de charge en accéléré, en vue de présenter de précieux indices, dans le sens d’une promesse de qualité pour de nouveaux produits.

En plus du contrôle qualité des pièces elles-mêmes, l’assurance qualité dans la production est un aspect important, surtout en matière de technique médicale. Grâce à des codes d’identification placés à des endroits cachés, les producteurs de produits de qualité peuvent se protéger de la piraterie des marques et en même temps assurer une traçabilité sans faille, remontant jusqu’à la date précise de production. Et ceci est possible grâce aux procédés des plus raffinés, mis au point par les sous-traitants.

L’offre du salon 2013 comprend les thèmes-clés suivants : composants (entre autres électroniques, pièces mécaniques, tubes et tuyaux, filtres, pompes, valves), matériaux/matériaux manufacturés, micro- et nanotechnologie, production (entre autres technique de montage, d’automatisation et de production, technique des processus industriels, emballages), ainsi que systèmes de vérification et de test.

A côté de ces thèmes, deux forums abordent les tendances de la sous-traitance de la technique médicale. Le COMPAMED High-Tech Forum (hall 8a) de l’IVAM, fédération de la microtechnique, qui met l’accent sur la technique des microsystèmes, les nanotechnologies ainsi que la technique de production et la commande de processus industriels.

Le COMPAMED Suppliers Forum, organisé par la revue professionnelle DeviceMed (hall 8b), quant à lui, permet à des intervenants d’entreprises et de diverses organisations de présenter les développements de l’ensemble de la chaîne de production. Composants mécaniques et électroniques font partie des thèmes développés, tout comme les matériaux innovants et tous les aspects de la réalisation des commandes.

Contact : Messe Düsseldorf GmbH, D-40001 Düsseldorf, www.compamed.de

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi