Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Sous-traitance & Services > Electronique/optique

Surmoulage direct autoclavable pour l’électronique médicale

Publié le 09 août 2019 par Patrick RENARD
Source : Turck Duotec
Démonstrateur réalisé pour mesurer l’efficacité du surmoulage direct.

Turck duotec a récemment développé et homologué un surmoulage direct qui supporte l'autoclavage. Les applications typiques comprennent les capteurs et l'électronique employés par exemple dans les outils motorisés, robots chirurgicaux et endoscopes.

Pour être réutilisés, les dispositifs médicaux employés à proximité ou à l'intérieur du corps doivent être nettoyés, par exemple avec une solution alcaline, puis stérilisés en autoclave. Lorsqu'ils intègrent de l'électronique, leur enveloppe doit protéger les circuits de l'humidité et des produits de nettoyage agressifs, durant l’ensemble de leur cycle de vie.

Spécialisé dans la fabrication de modules électroniques miniaturisés et surmoulés, le Suisse Turck duotec a développé en 1997 un procédé de surmoulage direct offrant une protection complète pour des ensembles électroniques.

Ce surmoulage direct permet d'enrober l'électronique d'un polymère de façon homogène avec une grande précision de positionnement. Il offre un degré de miniaturisation plus élevé que les méthodes de protection classique, un poids réduit comparé au résinage, et une robustesse supérieure à celle des revêtements. Un degré de protection d'au moins IP68 (1 semaine sous 1 m d'eau) est atteint pour les câbles et les connecteurs métalliques.

Spécialement pour le médical, Turck duotec a récemment développé et homologué un surmoulage direct qui supporte l'autoclavage. Des tests en laboratoire agréé montrent que le matériau utilisé est particulièrement stable vis-à-vis de l'hydrolyse et d'autres effets de vieillissement causés par les cycles de lavage et d'autoclavage. Une quantification d’extractibles inorganiques et organiques a été conduite selon les normes ISO 10993-18 et ASTM F2847. Les quantités d'ions libérées pendant l'extraction de trois jours à 50°C sont au moins trois fois inférieures aux doses quotidiennes parentérales autorisées. Et aucune substance organique n'a été détectée dans les solutions d'extraction.

Ainsi, les effets de barrière, qui limitent l'entrée en contact des substances du corps avec l'électronique et réciproquement, sont suffisamment élevés pour les applications ciblées dans les dispositifs médicaux jusqu'à la classe 2B.

Lors de tests en laboratoire, complétés d’essais chez le client, différents ensembles électroniques ont été autoclavés jusqu'à 2500 fois et continuent à fonctionner.


www.turck-duotec.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi