Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Management > Conseil
Dossiers > Réglementation

Maquetter son interface utilisateur : un gage de succès et d’économie

Publié le 19 février 2020 par Patrick RENARD
Source : UseConcept

L’utilisabilité est une caractéristique importante d’un DM qu'il est essentiel d'intégrer très en amont du projet d'interface utilisateur. UseConcept nous explique ici combien il est intéressant de recourir au maquettage de cette interface, tant pour satisfaire les utilisateurs que du point de vue financier.

Nicolas Leroy (source UseConcept).

Par Nicolas Leroy, ergonome, co-fondateur de UseConcept

L’utilisabilité d'un produit est liée à sa capacité à protéger des erreurs d’utilisation et à l’intuitivité de son interface utilisateur. Elle est mesurable et quantifiable. Cette notion de sécurité est centrale dans la norme EN 62366-1:2015, dont l’application permet aux fabricants de DM de se conformer aux exigences des directives européennes liées à l’ergonomie.

Cependant, bénéficier d’une bonne utilisabilité ne se décrète en fin de projet. Afin de disposer in fine d’une interface "ergonomique" (ou utilisable), il est primordial d’en planifier certaines phases tout au long du processus de conception, et ce dès le début du projet. La norme ISO 9241-210:2019 décrit ainsi un processus de conception focalisé sur l’utilisateur et qui place donc l’humain au centre de la démarche. La norme EN 62366-1:2015, spécifique aux dispositifs médicaux, reprend cette philosophie en se concentrant sur les risques d’usages.

Le principe repose essentiellement sur une conception très en amont du projet d’interface utilisateur, qu’elle soit logicielle ou physique, par exemple la notice utilisateur. Afin de sécuriser le processus de conception, la bonne pratique consiste à concevoir dès les premières phases du projet les premières esquisses de l’interface. De nombreuses méthodes permettent de satisfaire cet objectif. Il peut s’agir par exemple de la création de maquettes statiques ou dynamiques pour les interfaces logicielles ou encore d’impression 3D pour les interfaces physiques. Les principaux logiciels utilisés pour le maquettage d’interfaces utilisateurs logicielles sont Axure RP, Balsamiq mockup ou Adobe XD. De nombreux autres logiciels sont également disponibles gratuitement sur internet.

Une réduction du temps de développement grâce au maquettage

Il est primordial d'intégrer l'utilisabilité très en amont de la conception (source UseConcept).

La philosophie de cette partie du projet consiste à générer très rapidement des supports qui permettent à l’équipe de se projeter dans l’usage futur du dispositif, en s’aidant notamment des scénarios d’usage. L’intérêt du maquettage est également de pouvoir alterner très rapidement les phases de conception et d’évaluation tout en s’affranchissant, à cette étape, des contraintes techniques. Ce mode opératoire est par ailleurs parfaitement en accord avec l’étape 5.8 de la norme EN 62366-1:2015 qui regroupe les phases de conception et d’évaluation formative. Ces différentes itérations permettent de valider les spécifications des interfaces utilisateur avant même le démarrage du développement du prototype fonctionnel. Il est ainsi fréquent que l’équipe projet prenne conscience de défauts ou manquements dans les spécifications lors du travail sur ces prototypes. De la même manière, la confrontation de ces maquettes avec les futurs utilisateurs, que ce soit au cours d’ateliers ou à l’occasion de tests utilisateurs, permet d’obtenir des retours très précieux sur l’adéquation de ces maquettes aux besoins des utilisateurs et sur leur intuitivité.

Bon nombre d'études sur le ROI (Return On Investment) en utilisabilité démontrent que le temps investi dans ces étapes itératives de maquettage/évaluation est ensuite largement compensé. Les avantages évoqués sont une satisfaction accrue des utilisateurs ainsi qu’une réduction du temps de développement due à l’absence de remise en cause de l’interface utilisateur dans la suite du projet.


useconcept.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi