Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Travail des métaux

Tournage/fraisage de pièces complexes en matériaux difficiles

Publié le 08 juillet 2019 par Patrick RENARD
Source : Klaus Vollrath
Vue d’ensemble de la G200 installée chez Ouest Décolletage avec embarreur (à gauche) et évacuateur de copeaux (à droite).

Membre du groupe angevin ARBM, Ouest Décolletage a fait l’acquisition, fin 2017, du centre de tournage/fraisage G200 du fabricant allemand Index. Sébastien Ripoche, dirigeant d'ARBM, explique les raisons de ce choix et les avantages que l’entreprise en a tiré.

 Par Klaus Vollrath (b2dcomm.ch)

Créé en 1997, Ouest Décolletage est l’élément pivot du groupe angevin ARBM, qui regroupe quatre autres entreprises d’usinage aux spécialités complémentaires. Toutes ont pour vocation de fournir des composants mécaniques aux industries high-tech. Le médical y figure en bonne place, notamment en ce qui concerne Ouest Décolletage, évidemment spécialisé dans le décolletage, et Ouest Medical qui fabrique du matériel et des instruments médicaux et chirurgicaux.

Il y a 20 ans, le parc machines d'Ouest Décolletage se résumait à deux tours numériques, pour usiner, en 3 huit, des pièces à bas coûts destinées à d’autres sous-traitants. Une grande partie de la production était alors écoulée dans toute la France, là où des pièces de série bon marché étaient demandées.

Sébastien Ripoche, dirigeant du groupe ARBM (crédit Klaus Vollrath)

Stratégie et ténacité : la recette pour devenir un groupe high-tech

« On ne peut pas espérer obtenir beaucoup de croissance ni de rendement sur le long terme en produisant des pièces simples, » explique Sébastien Ripoche, dirigeant du groupe ARBM. « C’est pourquoi nous voulions changer d’orientation dès que possible ». Pour lui, il était clair dès le départ, que l’avenir de son entreprise se situait dans la fabrication de petites ou moyennes séries de pièces complexes de haute précision, à partir de matériaux difficiles à usiner. C’est avec ténacité et patience qu’il a tout fait pour gagner ce segment de marché. Il a d'abord commencé par se constituer un parc machines et une équipe adaptés.

En quelques années, Sébastien Ripoche a réussi à transformer l'atelier de 2 personnes en une usine puissante dotée d’un parc de machines-outils ultramoderne.

Un virage marqué par l’acquisition d’une machine G200

« J’avais pensé initialement à un tour multibroches, mais le centre de tournage/fraisage G200 d’Index a fini par me convaincre, même si à l’époque il n’existait encore que sur le papier“, se souvient S. Ripoche.

Flexibilité et hautes performances

Le G200 est un centre de tournage/fraisage doté de deux broches et de trois tourelles avec axe Y. Il est caractérisé par un passage de broche de 65 mm, un diamètre de mandrin de 165 mm et une longueur de tournage de 660 mm.

Diverses combinaisons sont possibles au niveau des broches et des outils. Les deux broches peuvent être utilisées indépendamment l’une de l’autre, avec un maximum de quatre outils simultanément. Le magasin d’outils pour la broche de fraisage comporte 6 emplacements.

L'usinage peut s'effectuer soit à partir de lopins, soit à partir de barres, à l’aide d’un embarreur. La grande rigidité de la machine, associée à sa stabilité thermique et dynamique ainsi qu’à sa capacité d’amortissement vibratoire constituent des conditions idéales pour fabriquer des pièces de grande qualité et de haute précision.

Il poursuit en indiquant les raisons pour lesquelles il s’est engagé dans cette aventure avec confiance : en premier lieu parce que cette machine était conçue de manière à pouvoir répondre à tous les besoins de ses marchés. Il était primordial pour lui de pouvoir réaliser sur une seule et même machine l’ensemble des opérations nécessaires à la fabrication des pièces, de façon à obtenir une pièce finie en sortie machine. En effet, chaque transfert de pièce, opération de serrage/desserrage engendre des dépenses, augmente les coûts logistiques internes et les frais administratifs, et va surtout au détriment de la qualité de la précision obtenue.

La deuxième raison, qui a eu du poids dans sa décision, est la renommée du constructeur auprès des collègues dans le secteur : concernant la qualité et la fiabilité des machines, mais aussi la performance du service après-vente. Aujourd’hui, vu les résultats obtenus avec la première machine installée, Sébastien Ripoche estime avoir pris la bonne décision.

Une mise en service étonnamment rapide

« Après la livraison de la machine début décembre 2017, l’installation et la mise en service se sont déroulées en douceur », souligne S. Ripoche. La formation réalisée par Index France s’est effectuée en trois étapes d’une semaine chacune. Après cela et une fois les premiers essais réalisés, l’entreprise a pu commencer dès début mars 2018 à produire des pièces complexes, pour lesquelles il a fallu d’abord fabriquer des pinces de serrage sur mesure pour la contre-broche.

Pièces en inox pour le secteur médical (crédit Klaus Vollrath).

Ouest Décolletage a pu bénéficier en outre d’une assistance téléphonique qualifiée d’efficace et de rapide. Au total, S. Ripoche estime que la mise en service par les techniciens d’Index s’est déroulée plus rapidement et plus facilement qu’il ne l'avait imaginé. A sa grande satisfaction, l’Index G200 a très rapidement fourni les résultats escomptés, également sur le plan de la productivité. En comparaison aux centres de tournage/fraisage utilisés jusqu’ici, les gains de cette nouvelle machine atteignent presque 70 %.

Les atouts de la "machine virtuelle"

« Une fois l’Index G200 installé, nos équipes ont d’abord manifesté une certaine appréhension », se remémore S. Ripoche. Premièrement, la nouvelle machine était dotée d’une commande Siemens, alors que l’habitude avait été prise de travailler sur une commande Fanuc. Il allait falloir se familiariser avec ce changement.

D’autre part, les collaborateurs s’inquiétaient de la vitesse de travail élevée. En cas d’erreur de programmation, il y avait un risque de gâcher les pièces ou d’endommager la machine. C’est pourquoi la mise en œuvre d’un logiciel, intitulé "machine virtuelle", s’est avérée extrêmement utile durant la phase d’apprentissage. Cela permet de pouvoir simuler toute l’opération d’usinage sur un écran de PC. Le panneau de pilotage d’une commande Siemens 840D y est tout aussi bien représenté que les modèles 3D des broches, des tourelles et de la pièce. L’ensemble du procédé d’usinage est fidèlement reproduit de manière virtuelle à l’écran. Dans le même temps, la machine elle-même peut tranquillement continuer à produire.

Zone de travail de l’index G200 avec broche, contre-broche et trois porte-outils à déplacement indépendant sur l’axe Y (crédit Index)

Les avantages de cette approche sont multiples : une surveillance anti-collision fiable, un raccourcissement des temps de changement d’outil et l’optimisation des temps de cycle. On obtient ainsi un programme déjà rodé permettant de passer directement de la "machine virtuelle" à la production.

Lors de la formation, ce logiciel s’est révélé un instrument idéal pour permettre aux équipes de se familiariser sans risque avec la programmation. Cela a conduit à une adhésion plus rapide des employés à la nouvelle machine. « Ce point est extrêmement important car la validation de cette nouvelle technologie est avant tout l’affaire de mes collaborateurs et non une décision décrétée par le patron », explique S. Ripoche.

Le début d’un partenariat stratégique

« Le bilan que je tire personnellement de cette expérience est que j’ai trouvé chez Index un partenaire stratégique avec lequel je souhaite continuer à travailler en étroite collaboration », conclut S. Ripoche. Il ne juge pas uniquement ici les capacités de la machine ni les aspects qualité, service après-vente ou conseil, mais également la vision d’avenir de ce fournisseur.

Selon lui, le projet de développement de son partenaire doit être calqué sur les défis à venir de son marché. La philosophie d’Index est pour l’essentiel en adéquation avec ses propres convictions. Dans le cadre de la restructuration de sa propre entreprise, il a parallèlement audité Index durant la procédure d’achat, aujourd’hui concrétisée. Index a réussi cet audit et est donc homologué ».


www.ouestdecolletage.com, www.index-france.fr

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi