Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Nettoyage

Nettoyage et traitement de surface de dispositifs médicaux sur la même ligne

Publié le 22 mars 2021 par Patrick RENARD
Source : Fisa
Exemple de ligne de nettoyage Fisa intégrant des opérations de passivation et d'anodisation.

Le nettoyage d’implants et d’ancillaires est souvent suivi de traitements de surface comme l’anodisation, la passivation, le polissage… Des opérations que FISA Group sait intégrer à ses équipements de nettoyage, comme nous l’explique Stéphane Caudron, directeur commercial de la filiale française.

Stéphane Caudron (source Fisa).

Pourriez-vous nous rappeler le cœur de métier de FISA et ce qui distingue l’entreprise de ses concurrents ?

Depuis bientôt 40 ans, FISA conçoit et produit des lignes automatiques de nettoyage par ultrasons ; mais surtout, FISA développe et propose ses propres process pour la chimie et pour la production d’eau déminéralisée. Ce qui nous démarque aussi, c’est l’intégration de fonctions complémentaires ou subséquentes au nettoyage ainsi que les outils numériques qui rendent compatible l’exploitation des lignes FISA dans un environnement Industrie 4.0.

Quel a été pour vous l’impact de la crise sanitaire en 2020 ?

Un changement radical des habitudes de travail, qui a nécessité la mise en place de nouvelles méthodes et notamment l'intégration rapide du travail à distance et d'outils digitaux. Cela va de la conception des machines jusqu'aux phases de réception et d'installation gérées en visioconférence et même aux moyens de smartlenses (modules photos à fixer sur un smartphone).

Comment a évolué la part du médical dans le chiffre d'affaires de FISA ces dernières années ?

Notre part de marché a augmenté jusqu'à atteindre 30 % environ de notre CA, grâce à une offre machines spécifiques depuis une dizaine d'années. Cela tient aussi au fait que nous sommes davantage sollicités dans les phases finales de nettoyage avant conditionnement en salle blanche et dans certaines opérations de traitement de surface intégrées dans nos équipements. Les clients du secteur sont exigeants et apprécient beaucoup le MCU, notre nouvelle interface homme-machine qui permet d’ajuster et suivre aisément en maintenance l’ensemble des paramètres du process. Cet agrément d’utilisation est décuplé grâce à l'ajout d'applicatifs nommés Plugins.

Pour le nettoyage de quels types de pièces fournissez-vous les fabricants de DM ? 

Les implants d’une manière générale sont les principales pièces, avec également les outillages/ancillaires. L’orthopédie et le dentaire sont prépondérants. C’est très lié au processus industriel qui génère beaucoup de pollution à éliminer. Nous avons observé un intérêt marqué sur d’autres DM, comme les sondes neurochirurgicales, pour les phases finales de nettoyage avant conditionnement.

Comment évolue le besoin sur ce marché et comment y répondez-vous ?

De plus en plus nous observons une volonté de nos clients d’intégrer des opérations externes ou de rationaliser ces opérations déjà effectuées en interne mais pas "en ligne" avec le nettoyage. C’est une très forte demande à laquelle nous répondons sans modifier les validations existantes.

Vous évoquez l’intégration de fonctions complémentaires au nettoyage. De quoi s’agit-il ?

Nous sommes sollicités sur des traitements de surface comme :

  • l’anodisation, avec souvent des solutions acides traversées par une tension pour donner une coloration afin d’identifier rapidement les pièces; cela concerne notamment les éléments en titane,
  • la passivation, avec des acides forts ou doux selon les normes type ASTM ; il s’agit de nettoyer des impuretés incrustées souvent à base de métal puis de  fabriquer ou refabriquer une couche protectrice contre la corrosion pour les pièces en inox ou en chrome-cobalt,
  • le polissage électrolytique, avec des acides forts sous ampérage élevé afin de réduire les rugosités et rendre brillantes certaines surfaces des instruments ou des ancillaires ;
  • le nettoyage des pièces recouvertes d’une couche d’hydroxyapatite via des solutions à base d’alcool; le but de ce revêtement est de favoriser le processus d’ostéointégration des implants.

Comment ces traitements s’intègrent-ils dans les équipements de nettoyage ?

Nous portons une attention toute particulière à la sécurité quant à l’utilisation et à l’exploitation de produits dangereux dans ces process, comme les acides forts ou encore les solutions à base d’alcool.

Nos installations sont capables de recevoir et mettre en œuvre ces produits selon des critères de construction bien définis et contrôlés. Cela permet d’éviter toute dérive dommageable aux équipements et infrastructures comme aux opérateurs et personnels de maintenance.

L’intégration proprement dite est très similaire à l'ajout de cuves de traitement conventionnelles pour une ligne de nettoyage comme les cuves de lessive ou de rinçage. Le pilotage du process et le contrôle des sécurités, qui est primordial, est assuré par notre outil MCU. L'intégration mécanique est facilitée par la conception modulaire de nos machines et la flexibilité de nos automatismes.

Vu de l’extérieur, souvent on ne se doute pas que la ligne de nettoyage intègre ces opérations de traitement de surface (comme on peut le constater sur la photo de début d'article).

Cette complémentarité de l’offre de FISA implique-t-elle des partenariats avec des spécialistes du traitement de surface ?

Oui, dans la mesure où FISA offre la possibilité d’intégrer ces postes d’un point de vue fonctionnel mais ne souhaite pas interférer sur des process qualifiés dans ces domaines. Néanmoins, nous avons pu développer par le passé des solutions techniques en partenariat avec quelques clients.

Peut-on imaginer que l’offre de FISA s’étende encore à d’autres procédés ?

Si on remonte 20 ans en arrière, nous étions loin de penser pouvoir intégrer des opérations de cette nature. On peut même dire que nous nous l'interdisions.

Présent dans le médical depuis le nettoyage des moules d'injection jusqu'au nettoyage de pièces implantables ou non, FISA cherche toujours à utiliser, dans ces applications, des technologies développées dans le cadre d'autres industries, que ce soit l'intégration de cobots, le traitement corona ou plasma, voire le coating.

 


www.fisa.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi