Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Métrologie et contrôle

L’analyse optique de surface 3D appliquée aux prothèses

Publié le 20 juillet 2021 par Patrick RENARD
Source : Mahr

Les performances des dispositifs médicaux sont souvent déterminées par leurs propriétés de surface. Pour pouvoir mesurer ces caractéristiques rapidement et avec une précision nanométrique, Mahr a développé un interféromètre à lumière blanche fonctionnant avec un algorithme innovant.

La nouvelle gamme MarSurf White Light de Mahr garantit des données de mesure 3D en haute résolution tout en offrant une grande facilité d'utilisation. Dotés d'une résolution verticale allant jusqu'à 0,1 nm et de modules d’acquisition d’images de 2 Mpixels ou 5 Mpixels, ces instruments ont été développés pour une utilisation en laboratoire ou en assurance qualité. Ils permettent des mesures non destructives indépendantes du matériau analysé, qu’il soit réfléchissant, mat ou structuré.

Leur design compact et un fonctionnement qualifié de simple et d'intuitif permettent d'évaluer les paramètres 2D (ex. ISO 4287) et 3D (ex. ISO 25178) en quelques étapes seulement. Le fabricant allemand annonce aussi la possibilité de réaliser facilement les analyses complexes de caractéristiques surfaciques, telles que l'isotropie, le volume ou l'épaisseur des couches.

Ces différentes caractéristiques, applicables au domaine médical, sont particulièrement adaptées au développement triboloqique de prothèses, notamment de hanche et de genou. Grâce à sa flexibilité, la gamme MarSurf détecte également les micro-gravures et rayures, par exemple lors de la conception et de la fabrication des verres de lunettes.

A noter, parmi les avantages de ces instruments :

  • Une représentation 3D qui permet une analyse des erreurs et des examens comparatifs visuels.
  • Des mesures de dimensions qui s'étendent du centimètre au nanomètre.
  • Des temps de mesure qui restent courts, même à densité de points élevée.
  • Des paramètres conformes aux normes.
  • Une détection automatique des défauts, des particules et de la direction de la texture des implants.
  • L'absence de besoin de préparation préalable des échantillons.

 


www.mahr.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi