Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Côté recherche
Composants > Electronique/optique

Patch à base de graphène pour la télésurveillance des plaies

Publié le 30 avril 2020 par Patrick RENARD
Source : Grapheal
Pas besoin de pile pour le WoundLAB qui communique en NFC.

La start-up grenobloise Grapheal tire avantage des propriétés particulières du graphène dans une application médicale, avec l'élaboration d'un pansement intelligent qui favorise la cicatrisation d'une plaie, détecte tout début d'infection et communique sans fil, avec une interface NFC.

Qualifié de "matériau du XXIème siècle", le graphène a fait couler beaucoup d'encre depuis sa mise au jour en 2004. Il est en effet porteur d'importantes promesses de bénéfices, notamment en électronique, et offre depuis peu la possibilité d'une intégration à moindre coût.

Pour la première fois, ce nanomatériau vient de trouver une application médicale aboutissant à un produit commercial.

On doit cette application à Grapheal, une start-up créée au printemps 2019 en essaimage de l’Institut Néel du CNRS de Grenoble, et soutenue par la SATT Linksium.

Dix ans de recherche et trois thèses de doctorat ont révélé que le graphène était non seulement biocompatible mais aussi biostimulant. En d'autres termes, les cellules se régénèrent (légèrement) plus vite à son contact.

Seconde révélation des travaux de recherche : le graphène permet de détecter avec précision un phénomène biologique. Il est en effet possible de réaliser des transistors à effet de champ en graphène intégrant des biocapteurs. «Une variation chimique du liquide en contact avec le graphène induit un changement de résistivité, » précise Vincent Bouchiat, CEO et confondateur de l'entreprise.

Ces deux découvertes ont amené Grapheal à développer un pansement intelligent, le WoundLAB, qui remplit plusieurs fonctions particulièrement intéressantes dans le traitement des plaies chroniques chez les patients diabétiques. Il favorise la cicatrisation, détecte tout début d'infection, mais aussi renseigne à distance l’équipe soignante sur l’état de la plaie sans avoir à ôter le pansement.

Le biocapteur en graphène est associé à une électronique souple et un film en polymère biocompatible (source Grapheal).

En effet, en plus du biocapteur et d'un microcontrôleur, l'électronique embarquée (sur un circuit souple) au sein du pansement intègre un module d'interface NFC. Celui-ci permet une transmission sans fil des données (cryptées) vers un Smartphone. Une application traite et affiche les données, intégrant un historique de l'état de la plaie via des probabilités d’infections ou de quantité d’exsudat. Ces données sont également transmises, de manière sécurisée, vers une plateforme de télémédecine certifiée en vue d’une analyse et d’un stockage.

La start-up grenobloise a validé son approche par huit essais précliniques. Elle a lancé une levée de fonds pour financer les premiers essais cliniques, prévus cette année, avec une commercialisation espérée courant 2023.


www.grapheal.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi