Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Travail des métaux

De l’art d’optimiser l’usinage d’implants orthopédiques

Publié le 19 mars 2018 par Patrick RENARD
Source : Nesoteo
De gauche à droite : Cédric Favroult (technico-commercial, MMC Metal France), Guillaume Derouet (DG de Neosteo), Sylvain Sorin (responsable production de Neosteo) et James Perochon (responsable régional de MMC Metal France).

Le Français Neosteo fait appel à MMC Metal pour l'aider à optimiser la production de ses implants orthopédiques. Cette coopération répond à une stratégie de conception de produits intégrant le facteur essentiel de l'industrialisation.

Fondée en 2009, Neosteo est une société nantaise qui conçoit et fabrique des outils chirurgicaux et des implants innovants destinés à simplifier l'ostéosynthèse des fragments osseux. Elle propose notamment des plaques d’ostéotomie tibiale de valgisation (chirurgie du genou), dont les propriétés permettent une remise en charge immédiate du patient en post-opératoire, ainsi qu’une gamme complète de vis pour le membre inférieur.

Grâce à leurs expériences passées, les dirigeants se sont attachés à mener conjointement le développement et l’industrialisation de chaque gamme de produits. C’est ainsi que dès le départ, le directeur général Guillaume Derouet et le responsable de la production Sylvain Sorin ont fait appel à MMC Metal France pour optimiser la création de valeur produite.

Un développement et une industrialisation menés de front

Avec l’ambition de développer les meilleures stratégies d’usinage, Sylvain Sorin s’appuie sur Cédric Favroult, technico-commercial MMC Metal France, et James Perochon, responsable régional, qu’il apprécie pour leurs conseils et les résultats obtenus dans l’usinage titane et inox. Dès les premiers copeaux, les outils Mitsubishi Materials étaient de la partie. La mise au point des usinages des composants Flexit et Dynafit a été immédiatement passée au crible de la qualité, sécurité et performance économique.

« Développer et industrialiser sont deux fonctions indissociables », explique Guillaume Derouet, convaincu de l’importance stratégique pour Neosteo de cette création en mode collaboratif. « L’interactivité entre les démarches de conception et d’industrialisation stimule la créativité pour aller au bout d’une recherche de produits idéalement conçus pour être intelligemment fabriqués en qualité, coûts et sécurité ». L’élargissement de l’offre de produits innovants est le vecteur de croissance d’une start-up comme Neosteo ; c’est pourquoi le temps consacré à la veille technologique et au développement occupe une part majeure de la mission de Sylvain Sorin. Grâce à un besoin de surveillance machines très limité, il peut mieux appréhender les exigences fonctionnelles du produit et mettre en perspective des technologies d’usinage.

Un partenariat basé sur le dialogue

Ses réflexions, Sylvain Sorin les partage avec Cédric Favroult, attentif aux motivations de son client. « Les résultats en production attestent de l’efficacité de ce duo », confirme Guillaume Derouet, dans son rôle de gestionnaire.

James Perochon, lui aussi, connaît bien les attentes de Neosteo : « Le catalogue d’outils et de nuances de coupe proposé par Mitsubishi Materials est très étendu. Sylvain Sorin compte sur nous pour définir avec précision la géométrie d’une plaquette et son rayon d’attaque, le grain du carbure ou le type de revêtement d’un outil… Nous lui proposons également la stratégie d’usinage en précisant les avances et la profondeur de passe qui lui est la plus favorable ».

Pour une production optimisée

A titre d’exemple, des résultats particulièrement intéressants ont été obtenus concernant une vis autocompressée. Ce process optimisé en termes de sécurisation et de productivité globale affiche 150 heures de production continue sans arrêt machine, ni correction d’outil, ni intervention opérateur. Cette performance n’aurait pu s’envisager autrement qu’avec des plaquettes pour le chariotage dont la longévité atteint plusieurs mois.

Cette amélioration a été rapidement dupliquée et adaptée au process de différentes pièces.

Guillaume Derouet, dont le parcours intègre tous les aspects de la gestion de production, revendique la nécessité d’un fonctionnement continu des installations 24h/24. « En standardisant les opérations avec un minimum d’outils déjà validés, nous maximisons les temps copeaux. La longévité des outils Mitsubishi Materials nous offre une parfaite maîtrise du coût outil avec un niveau d’exigence de qualité et de fiabilité élevé. Grâce à une production lissée et des gains économiques bien quantifiés, nous assurons un bon retour sur investissement à nos partenaires financeurs. En capitalisant sur notre expérience interne des gains en production, nous disposons d’un réel avantage pour le développement de nouveaux produits. La proximité entre le bureau de développement, les méthodes et les essais d’usinage nous permet d’avancer plus rapidement sur le lancement de gammes innovantes ».

Passionné par son rôle de développeur de solutions d’industrialisation, à la croisée entre la naissance d’un produit et le devenir en production de la pièce, Sylvain Sorin explore toutes les données du produit et les stratégies d’usinage potentiellement intéressantes. Une fois le schéma de production envisagé, il consulte Cédric Favroult dans un esprit de partenariat constructif. En cas de besoin, ils peuvent compter sur le soutien, en back-office, des spécialistes du fabricant d’outils.

Qui est MMC Metal ?

Basée à Orsay (91), MMC Metal France est une des 7 filiales européennes du groupe japonais Mitsubishi Materials Corporation, Division outils de coupe.

Depuis sa création en 1992, la société fournit des outils de coupe et propose des solutions intégrées pour l'automobile, l'aéronautique, le médical et l'industrie moules & matrices.

MMC Metal France est en mesure de proposer une gamme variée d’outils de précision pour le tournage, le fraisage et le perçage à l’industrie française.

« Je connais la réactivité sous 24 heures de MMC Metal France. Une fois que nous avons arrêté notre projet et conclu un engagement réciproque, le processus d’amélioration est lancé sur de nouvelles directions. », explique Sylvain Sorin. « Comme je dispose de moyens d’usinage, je suis toujours prêt pour des essais d’évaluation. Dernièrement, sur les conseils de James Perochon et en présence de Cédric, nous avons testé avec succès une plaquette de tournage CCGT en utilisant des vitesses d’avance que je n’imaginais pas sur de l’inox. Bien entendu nous ne devons prendre aucun risque sur la fiabilité dans le temps. Les machines tournent tout le week-end. La moindre fragilisation de l’arête pourrait occasionner des dommages machine et compromettre la production. Sur cette pièce ouvragée, nous avons utilisé une fraise VQ en plongée directe pour la réalisation d’ouvertures. Au final, le résultat est excellent : aucune dérive de la forme cylindrique et un état de surface parfait, sans rayure, ni résidu. Atteindre de nouveaux objectifs permet de réactualiser tous les process qui lui sont semblables ».

Réduire au maximum les arrêts machine

Dans la logique de Sylvain Sorin, il ne s’agit pas seulement d’usinages à optimiser, mais de mettre en place une évaluation continue des potentialités offertes pour réduire les arrêts machines. C’est le cas des forets MWS de Mitsubishi Materials pour le perçage profond de petits diamètres. Ceux-ci avaient retenu l’attention du service méthode pour leur longévité et la facilité de réglage (des décalages évalués à quelques centièmes de millimètres). A l’usage, ces forets offraient des états de surface remarquables sans effet de vibration communément observé dans un perçage classique. Cette polyvalence a permis d’étendre son champ d’utilisation et d’améliorer le temps de cycle de certaines pièces.

Les dirigeants de Neosteo sont très satisfaits des résultats obtenus sur les premières années de développement de leur start-up et ses projets à court et moyen termes. Ils préparent le lancement prochain de quatre gammes de dispositifs médicaux supplémentaires pour couvrir de nouvelles pathologies. Cette croissance passe par l’acquisition de nouvelles machines et un déménagement bientôt programmé. Loin de dispositifs hautement technologiques et onéreux, les mécaniciens de l’entreprise développent une gamme de produits conçus pour faciliter l’intervention du praticien et augmenter le confort du patient. L’efficacité de la fabrication de ces produits passe par un travail d’équipe pour le responsable de production et son partenaire outils.


www.neosteo.com, www.mmc-hardmetal.com,

Mots-clés :

A lire aussi