Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Sous-traitance & Services > Travail des métaux

Produire petit mais voir grand !

Publié le 08 octobre 2014 par Patrick RENARD
Source : DeviceMed

Si la croissance française demeure désespérément nulle au 1er semestre, certaines sociétés ont décidé d'avancer. C'est le cas de Cryla à Besançon, une entreprise de 78 personnes, spécialisée dans la pièce de petite dimension. DeviceMed a choisi de la mettre à l'honneur dans ce dossier spécial Micronora, d'autant que son dirigeant Thierry Bisiaux est récemment devenu président du salon.

Pour réussir, un chef d'entreprise doit savoir prendre des risques et croire en l'avenir. L'exemple de Thierry Bisiaux, qui dirige les sociétés Cryla et Cryla Développement, l'illustre parfaitement. Le groupe a en effet emménagé l'été dernier dans un bâtiment flambant neuf de 3200 m² sur la technopole Temis à Besançon. Coût de l'opération : 4 millions d'Euro. Les locaux ont été conçus dans le souci de protéger l'environnement : l'ossature et l'habillage des façades sont en structure bois ; le système de chauffage et de rafraîchissement utilise les procédés de géothermie profonde. Avec ce nouveau site, l'entreprise a triplé sa surface au sol.

Du découpage à l'usinage en passant par l'assemblage et le surmoulage, Cryla allie un ensemble de compétences pointues pour la réalisation de composants et sous-ensembles de petites dimensions. Si l'entreprise réalise à ce jour 60% de son chiffre d'affaires dans l'aéronautique et 15% dans le luxe, le secteur médical représente un quart de son activité.

Spécialiste du composant technique de petite taille

Son créneau : la pièce de petite et de moyenne série, qu'il s'agisse d'instruments chirurgicaux, d'implants, de composants pour machines d'analyse... Certifiée ISO 13485, elle compte parmi ses clients de grands noms tels que Tyco, Essilor, Efer, Lamidey Noury, Vectec ou encore Neurelec.

Ciseaux endoscopiques fabriqués, assemblés et contrôlés par Cryla.

Pour mesurer le degré de maîtrise de la précision chez Cryla, il suffit d'observer ces ciseaux endoscopiques pour coelioscopie découpés, usinés et assemblés par l'entreprise. La qualité de coupe est un facteur essentiel pour le client - les lames doivent pouvoir servir 300 fois -. La pièce est contrôlée deux fois : au montage des lames et une fois le produit terminé.

Connecteur en laiton découpé sur presse.

Autre exemple de cette expertise, un connecteur permettant la coagulation lors d'interventions chirurgicales avec des ciseaux endoscopiques. La découpe est faite sur presse, un procédé particulièrement délicat à mettre en oeuvre sur du laiton revêtu de dorure. Aucune bavure n'est tolérée par le client.

Pour l'usinage, Cryla a notamment choisi la RV-2SP de Realmeca, une machine dont Thierry Bisiaux salue la précision, la fiabilité et la répétabilité. « Sur cet équipement, la vitesse de rotation de la broche haute fréquence est de 50.000 t/min », précise Jérôme De Sa Braz, commercial récemment embauché par Realmeca pour la région franc-comtoise. Cryla est également équipée d'une RM 5H du même constructeur.

En surmoulage, l'expertise de Cryla n'est pas en reste, comme le montre un bobinage de moteur pour un dispositif destiné à soigner l'apnée du sommeil. L'insert est obtenu par découpage et enfilage de 20 tôles successives en fer pur. Il est ensuite maintenu à chaud pour l'enrober d'une pellicule de 0,8 mm de PPS chargé à 40% de fibre de verre. Un travail d'orfèvre...

Des prototypes très proches de la pièce finale

Seconde entité du groupe Excamed, Cryla Développement réalise des pièces prototypes en plastique dans des moules en silicone. Le principe consiste à enrober de silicone un master réalisé par impression 3D pour élaborer un moule. La matière (du PU ou du silicone) sera ensuite coulée sous vide à l'intérieur du moule. « Le démoulage est une opération extrêmement délicate qui demande un réel savoir-faire », précise le chef de projet Valérien Trannois. Il en va de même pour les travaux de finition et l'ébavurage des pièces, sans parler de la conception du moule elle-même. C'est notamment le cas pour le prototype d'une orthèse de rééducation constituée de trois parties en PU, chacune d'une dureté différente. Et pour pimenter encore la difficulté, le client souhaitait sa pièce en deux couleurs.

Cette concentration de savoir-faire devrait permettre à Thierry Bisiaux de concrétiser son projet à moyen terme : se développer à l'international et occuper les 600 m² de locaux supplémentaires qu'il a prévus pour son futur développement.


Cryla, F-25000 BESANCON, www.cryla.fr
Realmeca, F-55120 Clermont-en-Argonne, www.realmeca.com

Mots-clés :

A lire aussi