Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Sous-traitance & Services > Traitement de surface

Revêtements PVD : un traitement de choix pour les instruments médicaux

Publié le 07 janvier 2020 par Patrick RENARD
Source : Oerlikon Balzers

Spécialiste du traitement de surface, Oerlikon Balzers propose une gamme de sept revêtements PVD biocompatibles, résistants à l'usure, anti-adhésifs, inertes chimiquement, anti-reflets, ou encore antimicrobiens, pour satisfaire les besoins des fabricants d'instruments médicaux.

Le dépôt physique en phase vapeur (PVD) permet de déposer des revêtements minces mais extrêmement résistants sur l'acier inoxydable, le titane, la céramique et d'autres matériaux modernes. Dans le secteur médical, ce traitement concerne notamment les implants, les scalpels, les porte-aiguilles, les scies à os, les fraises...

Les revêtements PVD améliorent les performances des composants et instruments chirurgicaux, notamment en matière de tranchant, de réflexion de la lumière et de prévention de la contamination. C'est dans cette optique qu'Oerlikon Balzers a mis au point la gamme Balimed, composée de sept revêtements PVD.

Ces revêtements, qui ne nécessitent pas de traitement complémentaire, sont tous extrêmement fins (entre 1 et 4 µm d'épaisseur en moyenne) et offrent une combinaison d'avantages unique : une surface très dure, une très bonne résistance à l'usure, de faibles coefficients de friction et une protection contre la corrosion. Ces propriétés, associées à des tolérances de fabrication très étroites, garantissent une très grande stabilité des composants revêtus en termes de géométrie et d’aspect de surface.

Une dureté toujours inégalée

Même 20 ans après leur arrivée sur le marché des technologies médicales, les revêtements PVD à base de titane restent inégalés en matière de dureté (approximativement 2500 à 3000 Vickers) et de résistance à l'usure. Bien qu'au départ, les revêtements appliqués aux instruments médicaux aient essentiellement servi à en améliorer l'esthétique plutôt que les propriétés fonctionnelles, ils doivent aujourd'hui offrir une qualité et une efficacité sans compromis et se conformer aux réglementations en matière de biocompatibilité.

Le revêtement Balimed A a été conçu pour éviter que le sang et les tissus n’adhèrent aux instruments chirurgicaux ou aux forets (scies et forets, alésoirs, ciseaux...). Il s'agit d'un nitrure de titane dont la couleur dorée aide les chirurgiens à mieux identifier leurs instruments.

Le Balimed Futura, de couleur bronze, a une vocation esthétique mais il sert également à distinguer les instruments. Par ailleurs, son niveau élevé de dureté confère aux instruments chirurgicaux des bords très tranchants et une excellente protection contre l'usure due à l'abrasion.

Le Balimed DLC est caractérisé par sa couleur noire mate, qui permet aux chirurgiens de travailler sous un éclairage chirurgical lumineux.sans réflexion gênante. En outre, il est particulièrement inerte chimiquement, offre une résistance extrême à l'usure et préserve la netteté de coupe des instruments chirurgicaux.

Le Balimed Altina, particulièrement efficace sur l'inox, permet d'obtenir des instruments chirurgicaux avec des tranchants bien affûtés. Ses propriétés anti-reflets facilitent également le travail des chirurgiens.

Le Balimed C a été conçu pour limiter la fatigue superficielle et la tribo-oxydation. Il est destiné aux engrenages et paliers, par exemple dans les forets dentaires, pour en réduire le frottement. Il peut même être utilisé dans les applications de lubrification sèche.

Le Balimed CNI est un revêtement très lisse, particulièrement résistant à la température, aux frottements et à la corrosion, il empêche le grippage des pièces mobiles et prolonge ainsi la durée de vie des dispositifs médicaux.

Enfin, le Balimed Argenta est dopé à l'argent (2 à 5 %). Un instrument revêtu de Balimed Argenta se caractérise ainsi par une surface à effet antimicrobien. Cette activité antimicrobienne a été confirmée par ASTM 2180 avec une réduction de log 3 après les cycles d'autoclave (50 fois).


www.oerlikon.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi