Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Sous-traitance & Services > Nettoyage, Traitement de surface
Dossiers > Sous-traitance & Services

Nouveau laboratoire de microbiologie pour la désinfection au plasma

Publié le 08 juillet 2014 par Evelyne Gisselbrecht
Source : Plasmatreat

Plasmatreat élargit son département R&D et annonce l’ouverture de son nouveau laboratoire de microbiologie pour la désinfection au plasma. Des chercheurs en biochimie analyseront dans ce local les possibilités offertes par le plasma à pression atmosphérique pour lutter contre les bactéries, les spores, les moisissures et les levures sur les appareils et instruments médicaux.

Les bactéries et les champignons peuvent provoquer des maladies et des réactions toxiques. Même la plus petite contamination dans la production industrielle peut causer des problèmes majeurs, voire la destruction des produits.

Plasmatreat collabore avec les principales institutions pour mettre en oeuvre la technologie Plasma Openair®, une méthode efficace de désinfection des surfaces par plasma. Il s'agit d'un procédé de micro-nettoyage combiné avec le déclenchement "plasma pulsé" et l'utilisation de gaz spéciaux pour désinfecter les surfaces de travail en toute sécurité. Parce que le plasma est libre de potentiel, le processus en ligne est simple à contrôler et ses paramètres de processus sont reproductibles à 100%.

Cathrin Heißenberg (photo), chercheur au nouveau laboratoire de recherche microbiologique de Plasmatreat apporte son témoignage : "Dans notre laboratoire de microbiologie dédié au plasma, nous utilisons principalement le procédé de décharge à barrière diélectrique (DBD) au cours duquel surgissent, entre autres, des dérivés réactifs de l'oxygène ... Ces dérivés nuisent aux membranes cellulaires et à d'autres composants des germes, par exemple par l'oxydation des lipides, procédé qui endommage ces germes de manière irréversible. Un des avantages du procédé au plasma est son augmentation de température modérée en rapport avec la rapidité du processus, de sorte que même les matériaux thermolabiles peuvent être traités à des températures inférieures à 40 °C".

Mots-clés :

A lire aussi