Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Matériaux > Métaux

Distribution de poudres métalliques pour la fabrication additive

Publié le 14 mars 2016 par Patrick RENARD
Source : Stainless

Spécialisé dans la distribution d'alliages métalliques pour le marché médical, le groupe Stainless propose désormais ses alliages de nuances implantables ou pour instrumentation sous la forme de poudres destinées à la fabrication additive.

La veille technologique du groupe Stainless l'a conduit à dresser le constat suivant : les leaders de la fabrication d’implants orthopédiques s’équipent de plus en plus d’îlots de production dédiés à la fabrication additive.

Cloisonnée, il y a encore peu de temps, à la réalisation de dispositifs sur mesure, la fabrication additive est désormais considérée comme un mode de production en série à part entière, et ce grâce au développement de machines de plus en plus rapides. Sans compter que ce procédé permet dorénavant aux concepteurs les audaces de design que les fabrications traditionnelles n’autorisaient pas, notamment l’utilisation des structures trabéculaires. Autant d’évolutions qui laissent présager un bel avenir pour cette technologie.

TA6V_LED_X1000

Poudre de titane (x1000).

Fort de ce constat et dans l’objectif d’accompagner ses clients, le groupe Stainless élargit encore sa gamme en proposant ses alliages de nuances implantables ou pour instrumentation sous la forme de poudres.

Afin d’approvisionner ce nouveau marché avec des poudres de qualité de Titane, Chrome Cobalt Molybdène et Aciers Inoxydables implantables, le groupe Stainless a travaillé en étroite collaboration avec une plateforme technologique particulièrement reconnue dans le domaine médical, et a développé des partenariats de distribution avec les plus grands fabricants. Le groupe Eramet fournit les poudres d’inox et de base cobalt tandis qu’un second producteur de premier plan produit les poudres de titane. Des campagnes de qualification auprès des principaux donneurs d’ordre sont d’ailleurs en cours.

Toutes les nuances de matières dites médicales implantables sont ainsi couvertes. Il en va de même pour le spectre des granulométries disponibles afin de satisfaire les besoins des deux techniques principales de l’impression 3D des métaux : EBM (fusion par faisceau d'électrons) et SLM (fusion sélective par laser).

Enfin, les poudres employées pour le procédé MIM sont elles aussi approvisionnables.

Rappelons que le groupe Stainless, basé à proximité de Besançon, réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires dans le secteur médical. (cf article paru en page 7 de notre numéro de janvier/février 2016)


www.stainless.eu

Mots-clés :

A lire aussi