Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Impression 3D, Plasturgie

Prototypage de pièces et petites séries par impression 3D

Publié le 23 juin 2017 par Patrick RENARD
Source : Proto Labs
Spécialiste du prototypage et de la production en petites série de pièces sur demande, Proto Labs vient d'ajouter la technologie Polyjet de Stratasys dans son offre de service d'impression 3D, aux côté des technologies DMLS, SLS et de stéréolithographie.

L'entreprise américaine de fabrication numérique a commencé à investir dans des moyens d'impression 3D en 2014, pour compléter ses prestations de service de production basées sur des équipements d'usinage CNC et de moulage par injection. Pour l'impression 3D, elle disposait jusque là des technologies de frittage laser direct de métal (DMLS pour Direct Metal Laser Sintering, ou ), de frittage sélectif par laser (SLS pour Selective Laser Sintering) et de stéréolithographie (SLA pour stereolithography apparatus). S'y ajoute désormais la technologie Polyjet de Stratasys.

« L'intégration de l'impression 3D Polyjet illustre nos efforts pour étendre nos capacités de façon technologiquement "agnostique" », souligne Rich Baker, CTO de Proto Labs. « Nous nous attachons à proposer à nos clients l'éventail d'options de fabrication le plus large possible, afin qu'ils puissent choisir le procédé le mieux adapté à leur application ».

Rappelons que la technologie Polyjet est similaire à l'impression à jet d'encre. La machine injecte des gouttes de photopolymère de liquide qui durcissent instantanément en étant exposées à des UV. Une fois la pièce imprimée, les structures de support sont retirées avec de l'eau et une solution chimique spéciale, mais aucun post-traitement n'est nécessaire. Les ingénieurs et concepteurs de produits peuvent ainsi utiliser la technologie Polyjet pour fabriquer des prototypes en élastomère et surmoulés, sans avoir à investir dans un outillage supplémentaire.

Les pièces imprimées de la sorte se présentent avec des finitions de surface lisses (agréables au toucher), des géométries pouvant être complexes et des caractéristiques diverses. Les applications les plus typiques incluent les pièces combinant des matériaux rigides et des élastomères, dans diverses couleurs. De nombreux dispositifs médicaux peuvent être ainsi avantageusement imprimés en 3D, comme le stéthoscope servant d'illustration.

Notons que Proto Labs se targue d'être le fabricant le plus rapide au monde. L'entreprise s'appuie pour cela sur un logiciel propriétaire qui permet aux clients de charger le fichier CAO 3D de leur pièce, pour obtenir instantanément un devis, et recevoir des prototypes et des petites séries de pièces de production dans un délai de quelques jours seulement.

Proto Labs dispose de huit sites de production, dont un en France, au Bourget du Lac (73).


www.protolabs.fr

Mots-clés :

A lire aussi