Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Dossiers > Equipements de production & Techniques de fabrication

Matériel en salle propre : les bonnes pratiques « propreté »

Publié le 29 octobre 2013 par Evelyne Gisselbrecht
Source : Selon la norme, il convient de nettoyer soigneusement tous les outils, boîtes et chariots utilisés pour la maintenance et la réparation avant leur usage en salle propre (Source : LSB - La Salle Blanche)

Dans le domaine des DM, il arrive que les sas des salles propres destinés au passage du matériel soient oubliés lors de la définition du projet. Pourtant, toute entrée de matériel, fixe ou portatif, influe sur la qualité de l'environnement.

L'introduction de matériel portatif dans une salle propre (autrefois appelée salle blanche) est en général ce qui pose le plus de problèmes en raison de l’absence ou de l’insuffisance de nettoyage - voire de désinfection, lors de son utilisation dans des zones de classes de propreté particulaire de l’air différentes. On entend par matériel portatif les outillages de maintenance, le matériel de mesure, le compteur optique de particules...

Les points d'attention

Pourtant, tout matériel provenant de zones d'environnement non maîtrisé doit être géré au même niveau de propreté que les équipements stockés en zone propre. Par conséquent, et conformément à la norme ISO 14644-5, les utilisateurs doivent mettre en œuvre les moyens nécessaires au transit de ce matériel au travers des sas dédiés au matériel (cf guide de l'ASPEC de mars 2013 "Les sas : de la conception à l'exploitation").

Idéalement, le matériel devrait être non émetteur de contaminants, sans aspérités ni recoins et présenter des formes arrondies. Dans la pratique, l’ensemble de ces critères n’est pas respecté soit parce que le matériel est très spécifique, donc non transposable aisément à un usage en salle propre, soit parce qu’il est standard et qu'aucune action n’a été menée pour trouver un matériel adapté à un usage en salle propre (pinceaux lubrifiants perdant des poils...). Les machines jugées contaminantes (thermoformeuses par exemple) doivent être autant que possible installées à l’extérieur de la zone propre. L'introduction de matériel informatique en zone propre ISO 8 a montré parfois que ce dernier n'est pas nettoyé préalablement, que la procédure de nettoyage applicable à toute entrée de matériel n'est pas connue et que le lieu de nettoyage et de contrôle n'est pas identifié.

Pour faciliter les opérations de nettoyage des matériels portatifs, il est souhaitable que le sas matériel jouxte et communique avec le sas personnel. De plus, le sas matériel doit être approvisionné régulièrement en tissus et produits de nettoyage. Les outillages servant au procédé et en contact avec les composants doivent être gérés au même niveau de propreté que les composants. Il est par ailleurs recommandé que les chariots de transfert soient dédiés exclusivement aux salles propres. Le matériel doit être stocké dans des conditions appropriées à son usage ou fixé aux cloisons (lances haute pression...).

En conclusion, l’exploitation d’un sas matériel est étroitement liée à sa conception qui doit être formalisée dans un cahier des charges détaillant les dimensions du matériel, du sas lui-même, la fréquence et la durée des transferts, les équipements de transport et de manutention nécessaires et leur cheminement dans le sas et les procédures de nettoyage, désinfection et déconditionnement, ou au contraire, d’emballage, selon l’usage du sas.

Auteur : Sylvie Vandriessche, Ingénieur d'études, ASPEC

Contact : ASPEC, F-75012 Paris, www.aspec.fr

Mots-clés :

A lire aussi