Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Equipements de production & Techniques de fabrication > Logiciels

Le modèle numérique Living Heart disponible dans le cloud

Publié le 30 octobre 2017 par Patrick RENARD
Source : Dassault Systèmes

À l’occasion du 3DExperience Forum North America, Dassault Systèmes a dévoilé le franchissement de nouvelles étapes dans le cadre de son projet Living Heart, avec un accès facilité au modèle de cœur 3D désormais disponible dans le cloud.

L’objectif premier du projet Living Heart est de créer et d’utiliser des cœurs personnalisés simulés en 3D dans le traitement, les diagnostics et la prévention de maladies cardiaques. Ce modèle numérique se révèle également un formidable outil pour les fabricants d'implants cardiaques qui peuvent ainsi intégrer l'environnement de fonctionnement dans la simulation de leurs produits.

Living Heart : un modèle à suivre pour tester des implants virtuels

La principale nouveauté réside dans la disponibilité du projet sur la plateforme cloud 3DExperience. Les fabricants de dispositifs médicaux, y compris les PME, vont ainsi pouvoir bénéficier de la rapidité et de la flexibilité du calcul hautes performances (HPC). Ils ont la possibilité d'accéder immédiatement et à la demande à un environnement complet pour y effectuer des essais virtuels de plus grande envergure en mode collaboratif et de manière sécurisée tout en gérant les coûts d’infrastructure. Cette approche marque par ailleurs une étape majeure vers la possibilité d’utiliser directement le projet Living Heart dans un contexte clinique.

Modélisation des potentiels électriques du cœur.

« Les dispositifs médicaux exigent des milliers de tests au cours de la phase de développement », déclare Joe Formicola, président et Chief Engineer de la société de conseil Caelynx. « Avec la disponibilité du projet Living Heart sur le cloud, un nouveau design peut à présent être testé efficacement de façon illimitée et simultanée en utilisant un cœur 3D au lieu de procéder à des essais isolés. Ceci réduit de manière spectaculaire les freins à l’innovation, sans oublier les gains de temps et les économies ainsi réalisées ».

Depuis la signature d’un accord de 5 ans avec la FDA en 2014, Dassault Systèmes continue de travailler avec l’agence américaine de réglementation, sur l’utilisation des techniques de simulation et de modélisation pour accélérer le processus d’homologation. Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, a prononcé le discours d’ouverture de la 4e journée scientifique de la FDA en octobre 2016. En juillet 2017, Scott Gottlieb, commissaire de la FDA, a publiquement déclaré que « la modélisation et la simulation jouent un rôle essentiel dans l’organisation des différents ensembles de données et l’exploration de modèles d’étude alternatifs. Cette approche permet de faire progresser plus efficacement les nouveaux traitements de façon sûre et performante tout au long des multiples phases d’essais cliniques ».

La FDA encourage la modélisation pour l’évaluation des DM

Le projet Living Heart compte à présent plus de 95 membres à travers le monde, parmi lesquels des chercheurs, des médecins, des fabricants de dispositifs médicaux et des agences de réglementation réunis au service d’une mission d’innovation ouverte visant à résoudre des problématiques de santé. Ce projet a permis d’accéder au modèle 3D, aux technologies associées et à l’expertise du projet. L’utilisation originale du modèle pour comprendre les maladies cardiaques et étudier l’innocuité et l’efficacité des dispositifs médicaux a fait à ce jour l’objet de huit articles publiés dans des revues scientifiques.

Pour la première fois, le projet Living Heart a été utilisé pour simuler en détail des interactions médicamenteuses affectant le fonctionnement d’un organe entier. En collaboration avec UberCloud, les chercheurs de l’Université de Stanford ont récemment utilisé le Living Heart comme plateforme d’un modèle qui permettrait de tester sur certains médicaments les risques d’arythmies cardiaques, principal effet secondaire négatif empêchant l’homologation de la FDA.

« Le projet Living Heart est un élément stratégique d’une initiative de plus grande envergure lancée par Dassault Systèmes pour utiliser ses applications de simulation avancées afin de repousser les limites de la science », déclare Jean Colombel, vice-président Industries des Sciences de la vie de Dassault Systèmes. « En créant à la fois une communauté et une plateforme de transformation, nous commençons à voir les avancées rendues possibles par l’utilisation du projet Living Heart dans d’autres aspects de la recherche cardiovasculaire, mais aussi d’autres organes, tels que le cerveau, la colonne vertébrale, le pied et les yeux, et ainsi de franchir de nouvelles frontières dans les soins dispensés aux patients ».


www.3ds.com/fr

Mots-clés :

A lire aussi