Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Dossiers > Equipements de production & Techniques de fabrication
Composants > Filtres

La filtration des polluants dans les applications laser

Publié le 11 décembre 2012 par Evelyne Gisselbrecht

L’utilisation des lasers est de plus en plus courante dans le monde médical, aussi bien dans les processus industriels, pour la réalisation de produits finis, que dans les cliniques spécialisées, pour des interventions sur des personnes. Les lasers dégagent des polluants qui doivent être traités impérativement.

Jean-François Pillonel

Pour protéger la santé des personnes, garantir une bonne qualité du produit fini ou de l’intervention et aussi protéger les équipements de toute dégradation, il est indispensable que les équipements laser soient dotés de filtres adéquats. La filtration est en effet un élément critique dans la chaîne du traitement de l’air. Le filtre doit être défini en fonction du support sur lequel il est employé, car il n’existe pas de filtre capable de tout traiter!

La filtration est en général composée de trois niveaux : préfiltre – filtre à particules fines – filtre à charbon actif. Une bonne filtration s’effectue par une vitesse d’air régulée, une aspiration trop forte ou trop faible ne permettant pas de traiter correctement les polluants.

Des indicateurs de saturation des filtres doivent être disponibles et permettre d’identifier la saturation en particules et en gaz. Il est recommandé d’anticiper en changeant régulièrement les préfiltres et en faisant vérifier régulièrement les installations. Une analyse en amont de la constitution des polluants peut s’avérer utile de manière à définir correctement les équipements.

En matière de protection des personnes, les entreprises sont tenues, selon la législation, à une obligation de sécurité. En conséquence, toute installation doit être adaptée à l’application. La captation des polluants à la source permet un traitement efficace. Or Le laser libère une énergie importante qui ne permet pas toujours une captation facile des particules et des gaz générés. Pour une filtration performante, une vitesse d’air de 0,7m/s est conseillée au niveau de l’émission des particules. L’illustration montre, à gauche, un filtre neuf et à droite, un filtre ayant capté des résidus.

Contact :

CEPELEC

F-38120 Saint-Egrève

www.cepelec.com

Mots-clés :

A lire aussi