Vous devez être connecté pour accèder à cette archive.

Se connecter
X
Dossiers > Composants

Le port bateau, design et innovation

Publié le 04 février 2013 par Evelyne Gisselbrecht
Source : (Source : Technoflex)

Sous ou surdosage, embolie gazeuse, infection sont des risques potentiels encourus par le patient lors d'une thérapie par voie intraveineuse. Bien que quotidienne et banalisée, la pose d’une perfusion revêt une importance capitale en raison des risques du geste thérapeutique et de ses enjeux sur l'administration des principes actifs.

La réussite d’une perfusion intraveineuse dépend du savoir-faire de l’infirmier, mais aussi du matériel utilisé qui doit être fiable et simple à manipuler. Parmi les incidents techniques, il arrive par exemple parfois qu’une déchirure entre les tubes d’une poche d’injection soit constatée lorsqu’on la retire de son emballage. Elle est en général due à l'adhérence du tube au suremballage lors de la stérilisation. Afin d’éviter ce type de problème, le port bateau développé par Technoflex est muni d’ailettes qui s’intègrent dans la soudure de la poche. Il optimise ainsi la résistance à la déchirure.

Ce connecteur de liaison possède de surcroît la même souplesse que les tubes traditionnellement utilisés. Son retour élastique permet, si besoin, de clamper la partie tubulaire sans que l'écoulement de la solution soit diminué une fois le clamp retiré.

Enfin, les renforts internes du port bateau sont dotés de canaux latéraux. Ils garantissent l'écoulement total de la solution en supprimant tout volume résiduel. Atout important qui permet au personnel soignant de s’assurer que de la dose prescrite de médicament a été intégralement administrée.

Sylvie Ponlot questionne Fabien Pruvot, responsable de développement de projet

Sylvie Ponlot : Fabien, vous avez participé à la conception et au développement du port bateau. Quelles ont été vos priorités ?

Fabien Pruvot : Plusieurs raisons nous ont motivés : renforcer les zones de fragilité des poches à deux tubes, favoriser l’écoulement total de la solution injectable, diminuer les risques de fuites et de contamination au niveau de la soudure poche-tubes… Toutes vont dans le même sens : améliorer l’utilisation des poches et la sécurité du patient.

SP : De l’idée à l’industrialisation, un long cheminement ?

FP : Une première version a vu le jour en 2009, mais elle impliquait des manipulations supplémentaires qui ne nous satisfaisaient pas. Nous avons donc continué le développement. Il aura fallu 3 ans de plus pour que la version définitive puisse aboutir et être industrialisée. Nous avons également fait le choix de décliner une version longue destinée au remplissage aseptique.

SP : L’utilisation du port bateau entraîne-t-elle des changements majeurs pour le client ?

FP : Non, aucun changement ! Le diamètre de la partie tubulaire est identique à celui des tubes habituels. Il permet donc l’insertion des connecteurs classiques du marché ainsi que ceux de la gamme Technoflex. Nos clients apprécient aussi que le port bateau soit conçu dans le même matériau que le tube. De ce fait, les études de stabilité visant à vérifier sa compatibilité avec le médicament sont facilitées, et la modification d’AMM simplifiée.

SP : Mais n’est-il décliné que dans un seul matériau ?

FP : Pour notre gamme standard, oui. Mais nous avons déjà travaillé sur différentes formulations pour le port bateau. Cela nous a d’ailleurs permis d’avancer plus vite sur le projet d’un de nos clients qui avait des attentes particulières. Projet aujourd’hui abouti ! Nous proposons bien sûr des gammes standards, mais nous pouvons aussi nous adapter aux exigences de nos clients en proposant des formulations sur mesure.

SP : Est-ce que remplacer le tube par le port bateau a une incidence sur le processus de remplissage ?

FP : Une incidence positive, très certainement ! Le port bateau étant une pièce injectée, sa géométrie est parfaitement contrôlée, bord droit, diamètre maîtrisé. Ces avantages permettent un remplissage (aseptique ou non) et un bouchage automatiques des poches, à haute cadence. En cas de remplissage manuel, la collerette présente sur la partie tubulaire facilite la prise en main de la poche par l’opératrice pour l’insertion du twist-off.

Contact : Technoflex, F-64210 Bidart, www.technoflex.net

Partagez cet article sur les réseaux sociaux ou par email :
Mots-clés :

A lire aussi