Vous devez être connecté pour accéder à cette archive.

Se connecter
X
Actualités de la profession > Vie des entreprises

Cécile Real partage son expérience de l’entreprenariat dans le DM

Publié le 06 juin 2017 par Patrick RENARD
Source : Endodiag

PDG co-fondatrice de la société Endodiag, présidente du fond d'amorçage Medevice Capital et vice-présidente de Medicalps , Cécile Real siège aussi au conseil d'administration de plusieurs start-up. Autant de raisons de lui demander de partager son expérience et sa vision de l'entreprenariat dans l'industrie des technologies médicales.

Mme Real, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste Medevice Capital et ce qui distingue ce fond d'amorçage d'autres voies de financement ?

Medevice Capital a été créé à l'initiative d'entrepreneurs spécialisés dans le domaine de la santé et plus particulièrement du dispositif médical. Dès le départ la philosophie de notre projet a été de pouvoir partager avec de "jeunes" entrepreneurs nos expériences de développement d'entreprises et les réseaux que nous avons pu construire à la fois aux niveaux KOL (ndlr : leaders d’opinion dans le milieu médical), industriels, distributeurs, sous-traitants, conseils, etc. Nous n'investissons que dans des secteurs que nous connaissons bien et nous nous positionnons comme un associé actif auprès des équipes de fondateurs pour accompagner et sécuriser la construction de leur entreprise innovante. La dimension internationale est aussi un point important et nous cherchons à la développer très en amont des projets.

Nos actionnaires sont principalement des investisseurs privés, eux-mêmes entrepreneurs qui connaissent bien la vie et les aléas des développements industriels. Cela nous permet aussi d'accompagner au mieux, et dans la durée, les projets dans lesquels nous investissons.

Et concernant la start-up Endodiag, où en êtes-vous depuis sa création en 2011 ?

Endodiag est une société qui travaille exclusivement sur le diagnostic de l'endométriose, maladie mal connue qui touche pourtant 1 femme sur 10 en âge de procréer, soit environ 180 millions de personnes dans le monde. Le diagnostic de cette maladie reste relativement compliqué et il faut encore aujourd'hui 7 à 9 ans pour le poser. L'objectif de notre société est de développer des outils de diagnostic plus simples permettant de réduire considérablement ce délai, et d'améliorer significativement la prise en charge et la qualité de vie des patientes. Depuis la création de l'entreprise, nous avons construit un réseau de cliniciens à travers l'Europe et les États-Unis et développé plusieurs projets diagnostics. Nous démarrons actuellement, en France et aux États-Unis, l'essai clinique de validation de notre test sanguin de diagnostic de l'endométriose avec l’ambition de commercialiser ce produit en Europe et aux États-Unis d'ici 2019.

Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui souhaitent voir transformer une bonne idée en dispositif médical commercialisé ?

Il faut beaucoup de patience et d'énergie pour se lancer dans une telle aventure ! Le temps nécessaire pour commercialiser un dispositif médical peut être assez long et il est important d'en avoir conscience lorsqu'on se lance dans un tel projet.

Nous vivons actuellement une véritable mutation de l’organisation des soins et des systèmes de santé. Cette période est passionnante pour notre industrie et laisse une grande place à l’innovation mais elle est aussi pleine de challenges : 1) nous devons développer des solutions toujours meilleures pour les patients mais coûtant moins cher à nos systèmes de santé ; 2) nous disposons de nouveaux outils technologiques formidables comme les dispositifs connectés, le big data, la médecine personnalisée..., qui permettent de repousser significativement les limites de nos innovations mais cela nécessite de collaborer davantage et d’agréger de multiples compétences et expertises ; et 3) plus que jamais, la concurrence mondiale nous pousse à aller plus vite encore dans le développement de nos solutions et de nos entreprises, alors que le contexte d’accès aux marchés, qu’il soit réglementaire ou financier, ne cesse de se durcir en Europe.

Pour réussir dans ce contexte, il me semble essentiel de bien mesurer le plus tôt possible l'ensemble des étapes de développement du projet (validation clinique, industrialisation, réglementaire, médico-économique/remboursement, etc.) et surtout de s'entourer de personnes compétentes et spécialisées pour y faire face. Aussi brillant soit un entrepreneur, il est difficile, voire impossible, de maitriser seul tous ces sujets.

Vous avez été impliquée très tôt dans la genèse de MedFIT, dont la première édition aura lieu les 28 et 29 juin prochains à Grenoble. Quels principaux intérêts voyez-vous à la création d'un tel événement ?

L'industrie Medtech française est riche et dynamique, mais elle manque sans doute un peu de visibilité. L'un des intérêts de créer un tel événement est de mieux positionner et valoriser cette filière française sur la carte européenne. Par ailleurs, le développement des PME "Medtech" se fait de plus en plus par le biais de collaborations technologiques ou commerciales avec des industriels de plus grande taille (ETI ou grand groupe). Il existe peu d’événements européens permettant à tous ces acteurs de se rencontrer. Nous avons souhaité, au travers de MedFIT, créé ce lieu de rencontres et de partenariat, et profiter du rassemblement de ces acteurs pour échanger et partager nos visions sur les tendances et challenges actuels de notre industrie.

Pour ces raisons, nous avons choisi d'installer MedFIT à Grenoble pour sa première édition, un territoire reconnu mondialement pour l'excellence et la densité de sa recherche scientifique et médicale, deux sources d'innovation en Medtech. Le tissu industriel de la région est également riche. Il inclut des grands groupes et des start-up répondant aux défis de la médecine du futur en concevant des technologies avancées de robotique, de diagnostic, d'imagerie, de délivrance de médicament, ainsi que des dispositifs connectés. Cet écosystème compte de manière unique plus de 10 lauréats au concours mondial de l'innovation dans le domaine de la santé. Il est animé localement par le cluster Medicalps qui est co-organisateur de MedFIT, aux côtés d'Eurasanté à Lille et Alsace Biovalley à Strasbourg, qui représentent eux-aussi des écosystèmes importants.


www.endodiag.com

www.medicalps.eu

www.medfit-event.com

Mots-clés :

A lire aussi